NaNoWriMo 2016 – l’heure du bilan

Classé dans : Blog | 2

Hier, nous étions le 30 novembre 2016 et hier s’est achevé le fameux NaNoWriMo dont je vous parle depuis le début du mois.

nanowrimo_2016_webbanner_winner
Le NaNo, c’est un challenge d’écriture que les auteurs relèvent pour le simple plaisir de se torturer les neurones ainsi que les doigts (les miens risquent d’être douloureux pendant quelques temps encore). Pendant 30 jours, ils doivent écrire l’équivalent de 1700 mots par jour afin de parvenir à l’objectif fixé : 50 000 mots.

Depuis trois ans, je m’inscris au NaNoWriMo en espérant taper suffisamment de mots. Les années précédentes, j’ai travaillé sur ma trilogie, L’envers du Paradis, et mes NaNo étaient toujours avortés. En 2016, j’ai donc changé de stratégie ! J’ai opté pour un nouveau projet spécialement conçu pour ce challenge, le but étant de se concentrer sur la rapidité et non sur l’univers. J’ai donc préparé un plan, des fiches personnages et posé le background. Le jour J, j’étais prête !

Certains jours, je me suis fait violence pour m’y mettre, le casque visé sur les oreilles avec du Luc Arbogast à fond.
D’autres, il fallait presque me retirer le pc portable des mains pour que je dorme.

Ma muse est capricieuse, mais j’ai réussi à l’apprivoiser avec du chocolat et beaucoup d’auto-motivation. Je voulais y arriver. Je le voulais tellement ! J’ai donc le plaisir de vous annoncer que… MON NANO EST VALIDÉ !

nano

Le plus difficile a été de tenir sur la durée, j’ai commencé à m’essouffler au bout de vingt jours de travail, comme on peut le voir sur le graphique ci-dessus. Lors de l’écriture des 1700/jours, j’ai remarqué que je passais par 3 phases : celle des 700 mots qui s’écrivaient très facilement, le palier des 1200 mots qui commençait à devenir plus compliqué et enfin celui des 1700 mots qui était une véritable torture pour mes nerfs. En moyenne, j’écris 300 mots par tranche de 30 minutes… Je vous laisse faire le calcul du nombre d’heures nécessaires pour boucler le quota du jour (ainsi que celui des 50 000 mots).

Comme quoi, quand on veut, on peut. Même si ça demande quelques sacrifices…

Quant au projet, j’ignore ce qu’il va devenir. Je pense qu’une bonne correction est indispensable pour le rendre potable.  Pour le moment, je vais le laisser reposer au fond de mon dossier à manuscrits et me concentrer sur la suite l’élaboration d’un autre univers afin de me désintoxiquer des anges et des démons (Oliver, si tu passes par là… Tu vois, j’ai réfléchi à ton conseil toute la nuit).

En tout cas, j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire l’histoire de Debbie et Nathanaël ♥ Nous n’avons passé qu’un mois ensemble et, pourtant, je me suis attachée à eux très rapidement. Je me suis surpassée cette année et ça fallait vraiment le coup de s’accrocher. Le NaNo est une très belle expérience qui demande de la rigueur et une bonne préparation.

On se dit à l’année prochaine ? 

Je tiens à remercier chaleureusement les Scribto qui ont toujours été là pour se soutenir les uns les autres lors de l’écriture. Sans oublier mes copines adorées, dont ma Estelle qui a fait une petite danse de la joie avec moi en sortant de l’ascenseur hier ♥ Enfin, un grand merci à mon homme qui m’a supportée pendant toute la durée du NaNo !

 

[Publication] l’Enfer de la revue Gandahar

Classé dans : Blog | 0

Motivée par la bonne ambiance sur le forum des scribtonautes, j’ai participé à un appel à texte sur le thème de l’Enfer. J’ai le plaisir de vous dire que mon texte a été retenu ! Vous pourrez donc découvrir ma nouvelle, Le coeur de l’enfer, dans le numéro de décembre.

Je me suis laissée séduire par l’idée d’écrire une petite histoire sur les démons que j’affectionne tout particulièrement. J’étais heureuse de retrouver mes créatures favorites ! Et, pour ceux ayant lu L’envers du Paradis, sachez que j’ai même glissé un petit clin d’oeil.

Contrairement à ma trilogie, cette nouvelle est plus adulte et contient quelques scènes assez explicites.

Pour le moment, je n’en sais pas plus, mais je reviens vers vous dès que j’ai des infos sur la publication de la revue.


Le site : Gandahar

Dans le cadre de notre littérature de l’imaginaire (science-fiction, fantastique ou fantasy) et sans oublier la figure allégorique du diable qui sait revêtir l’apparence de la beauté pour se faire tentation, nous vous demandons ici de décrire votre vision de l’enfer,  d’inventer une mise en scène ou il sert de décor, un décor très prégnant, bien entendu.

Alors, auteurs, dégoupillez vos neurones et faites nous exploser à la « gueule » un enfer du diable !

gandahar-couv

 

Quel auteur es-tu en dédicace ?

Classé dans : Blog | 3

Je relaie cette vidéo sur les auteurs en dédicace de Samantha Bailly car je trouve qu’elle regroupe bien toutes les catégories d’auteurs rencontrées sur les salons. Il faut la regarder, elle est vraiment excellente (et très réaliste) !

Je ne fais pas beaucoup de dédicaces ; c’est une sacrée organisation et je n’ai malheureusement pas le temps de chercher les différents salons. C’est pourtant un moment privilégié que j’aime partager avec vous. Comme je suis une grande timide, c’est un exercice assez difficile pour moi. Quand je vois un potentiel lecteur s’approcher, je peine à engager la conversation et à paraître naturelle. Je me cache derrière un grand sourire et dois me concentrer pour contenir les fichus tremblements de ma main lorsque j’écris votre prénom (que j’ai toujours peur d’écorcher).

En fait, je suis très impressionnée de vous rencontrer. J’aimerais vous le dire, vous remercier, prendre le temps de papoter, faire une photo et vous remercier encore. J’essaie de le faire à chaque signature, parce que j’adore discuter avec vous.

Bref, tout ça pour dire que cette vidéo m’a fait sourire (dès le matin, c’est pour dire).

On se retrouve la semaine prochaine pour la sortie de Rédemption, les démons !

1 2 3 4 12