Ce n’est pas ce que vous croyez !

Classé dans : Blog, Chapitre après chapitre | 10

Je me suis amusée à un petit exercice aujourd’hui : le full-dialogue, que j’ai découvert avec Quand la mousse pousse de Svetlana Kirilina (je vous recommande de faire connaissance avec la mousse au plus vite !). L’idée m’est apparue après avoir lu un appel un texte auquel je ne pouvais pas participer, faute d’une deadline pour la fin du mois. J’avais besoin de me détendre et je dois avouer que j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire cette petite histoire…

rose-sang

— Ce n’est pas ce que vous croyez !
— Ah non ?
— Non.
— Bon… J’ai tout de même un petit doute. Vous êtes certaine ?
— Parfaitement ! Vous pouvez me faire confiance.
— Si vous le dites… Mais, avouez que cette grande flaque porte à confusion, sans parler de votre robe blanche tachetée de rouge.
— Oh ! ça ? C’est juste de la sauce tomate !
— De la sauce tomate ? Vous aimez les pâtes bolognaises ?
— J’aime tout ce qui est à base de sa… sauce rouge !
— Donc, cette mare est en réalité de la sauce ?
— De tomate, je tiens à le préciser.
— Ah ! Pourtant, le goût ne ressemble pas à celui de ce fameux plat italien.
— Il s’agit d’une recette familiale qui se transmet de mère en fille depuis des générations. Elle est très spéciale et chaque préparation est unique !
— Et, si je comprends bien, elle se réalise à même le sol ?
— Exactement.
— Je trouve ça pas mal, bien que trop sanguin. Vous y êtes allée un peu fort avec le Viandox ! Par contre, les petits bouts là, qu’est-ce que c’est ?
— Eh, bien, c’est la viande pardi !
— Bien sûr, suis-je bête ? En tout cas, l’aspect est vraiment curieux et la texture est des plus particulières. Un morceau de choix ! Mais, il reste des os, vous devriez vous plaindre à votre boucher ! Profitez d’avoir toujours votre hache en main pour affiner sa technique de découpe.
— Vous avez raison, on est jamais aussi bien servi que par soi-même. Il mérite un cours de dépeçage par une spécialiste.
— C’est malheureux. De nos jours, plus personne ne sait travailler correctement.
— Les gens sont oppressés et ont peur de laisser leur art s’exprimer sans demi-mesure. Vous pouvez me croire, ça changerait tout s’ils le faisaient ! Regardez, je fais ce que j’aime avec passion et je le fais bien !
— Ah oui ? Et qui vous le dit ? Attention, je ne remets pas en cause vos talents, mais je suis sceptique, comme toujours.
— Mes patrons sont très contents de moi et ne cessent de me le répéter chaque jour. Ils le font parfois tous en même temps et leurs voix font une sorte d’écho dans ma tête.
— Mmh, ça doit faire sacrément mal au bout d’un moment ! Vous prenez quelque chose pour la douleur ?
— Non, juste pour les calmer un peu, mais ils sont coriaces ! Et, moi, j’aime bien les écouter, je ne suis jamais seule grâce à eux.
— La solitude est le fléau de ce siècle…
— Oui… D’ailleurs, vous voulez rester manger avec moi ? La sauce est bientôt prête, il ne manque plus qu’un ingrédient à ajouter…
— Non merci, ma femme m’attend à la maison. Nous tenons à passer pour un couple exemplaire, je ne peux pas manger avec vous, cela serait déplacé. Vous comprenez, je suppose.
— Non, pas vraiment.
— Aucune importance. Je vais vous laisser à votre préparation.
— Permettez-moi de vous offrir un doggy bag, au moins. Pour vous remercier de votre gentillesse.
— Vous êtes une femme adorable, vraiment. Transmettez mes salutations à Monsieur Martin dès que celui-ci rentrera !
— Et n’oubliez pas de passer la sauce au micro-ondes. À 37.5°, elle sera encore meilleure !

10 Réponses

  1. Bonsoir,
    amusant cette histoire ! très belle photo on croyait un dessert !

    • Bonsoir Claudine, merci pour ce petit commentaire !
      C’est vrai que cette photo est très belle… elle colle bien avec le sujet de l’histoire.

  2. Mmm. Toi, tu sais mettre l’eau à la bouche

    Mouaha, le full dialogue se propage, si c’est pas magnifique :’)

    Bref, je te laisse, j’ai ma hache à faire aiguiser.

  3. Mouahahaha, excellent ! Bon appétit m’ssieurs-dames

    J’aime bien le full dialogue, j’en avais écrit un l’année dernière pour un atelier d’écriture, je m’étais beaucoup amusée à faire ça !

Laisser un commentaire