Lettre ouverte aux auteurs sadiques

Classé dans : Blog | 24

Suite à mon article chez Svetlana, relatant mes petites mésententes avec mes personnages, j’ai reçu cette lettre anonyme dans ma boîte mail…

Etre lecteur c’est compliqué…

Si comme moi vous lisez beaucoup, vous avez surement de nombreux problèmes de lecteurs : le nombre de livres à lire, le manque de place, de temps, les mauvais romans, les sagas trop (ou pas assez) longues …

Mais surtout si vous êtes comme moi attachés à certains personnages, textes ou histoires : vous connaissez la sensation d’être trahi(e) par les auteurs !

ATTENTION SPOILERS !!!

Plusieurs cas s’offrent à vous et je vais essayer de les récapituler ! (Espérons que cet article fera réagir les auteurs sadiques qui m’entourent ou qui m’entoureront dans le futur parce que mon petit cœur est fragile)… Vous l’avez compris je suis très sensible, je suis une couineuse et c’est pas toujours facile….

1- La mort d’un personnage : Non mais quelle idée de tout faire pour que le lecteur s’attache, apprécie le personnage et d’un coup sans prévenir BAM on le tue…. Déjà que quand on s’en doute c’est pas facile (Nos étoiles contraires de John Green en est l’exemple….) mais alors quand le pauvre (la pauvre) n’avait rien fait ça fait mal !! (je pense à Cédric Diggory dans Harry Potter par exemple ! Pourquoi le tuer ? ou encore Alex dans Delirium !!! )

2- Une suite de saga improbable : Nous voilà dans une histoire géniale, le style est excellent et là d’un coup un tome dévie totalement au point d’être incompréhensible… alors oui parfois l’auteur revient dans les rails mais quand même ça perturbe, ça déstabilise et après le lecteur il a besoin de plusieurs jours pour s’en remettre… Un exemple ? La saga Campus non mais pourquoi d’un coup elles sont sœurs et sorcières juste pour surfer sur la vague ?? Incohérent et inutile !!!

3- Le dernier et non le moindre : les FINS de saga qui donnent envie d’étriper l’auteur ! Mais mettez-vous à notre place b***** … Nous on lit, on couine, on sourit, on vibre avec les personnages et là PAF une belle claque qui termine la saga…Et comment on s’en remet nous s’il n’y a pas de suite ?  Et le pire c’est les auteurs qui répondent : « C’était voulu » !! Prévenez-nous au moins : un bandeau rouge sur le livre avec écrit : « Attention vous allez regretter cette lecture ! » ou alors « Vérifiez votre mutuelle, le psy coute cher !! » … Ce dernier point est une dédicace à un duo d’auteurs qui se reconnaitra… Ne vous inquiétez pas j’ai déjà prévu le groupe de soutien à la sortie officielle de leur dernier volume (le 15 décembre venez sur ma page…)!!

Bon après tout ça vous allez penser que je suis folle mais non je vous assure… Les livres ont ce pouvoir sur moi qu’ils peuvent me bouleverser, m’entrainer dans d’autres mondes et quand vous avez passé quelques heures (voire beaucoup pour les sagas) avec des personnages à vous imaginer la suite, leur évolution et que l’auteur ne pense qu’à lui ça peut faire des dégâts sur les lecteurs !!

Alors mesdames, messieurs les auteurs si vous lisez ma modeste lettre ouverte, n’oubliez pas une chose : on dit qu’il y a de moins en moins de lecteurs alors épargnez-les, quand on vous répète qu’on adore un personnage ne le tuez pas, quand vous savez qu’on espère un happy end offrez-nous la !! Et surtout si vous souhaitez continuer à me traumatiser, martyriser, tuer à petit feu, prenez des actions chez Kleenex et autres mouchoirs vous ferez fortune à défaut d’avoir encore des lecteurs !

Amis sadiques ou compatissants, je vous salue.

Bien, maintenant que votre lecture est terminée, je peux vous avouer le nom de cette lectrice… Un grand merci à Littérature et Français pour sa déclaration d’amour envers les auteurs sadiques !

24 Réponses

  1. Mais je suis sûre, au fond de vous, que vous adorez haïr les auteurs sadiques… si, si, vous ne le savez peut-être pas encore mais j’en suis sûre !

  2. génial cette lettre ! j’adore ! heureusement, il n’y a pas que des auteurs sadiques…si?

    • Je pense qu’ils sont très nombreux mais que beaucoup se cachent derrière des Bisounours pour tromper les apparences… Mais, il doit rester d’incorruptibles auteurs fleurs bleues dans ce monde !

  3. Ca râle, ça râle, mais si tous les auteurs écrivaient les fins attendues, ça serait un peu triste, non ?

    • Oui mais il y a fin « attendue », « fin surprenante » et « fin sadique » et moi je n’aime pas les sadiques !!!

      • Haha, c’est peine perdue avec notre Seja. Tu viens de te faire une ennemie, la grenouille…

        • Mais par exemple j’ai ADORE « Quatorze minutes » !! On est dans le très bon sans être sadique !

          • Impossible ! Par définition, la Seja EST sadique !
            Si tu savais, Emmanuelle, ce qu’elle a fait de moi à force de gouroutages…

          • Tu dis ça parce que t’as pas mis le nez dans mes textes tout mignons, Mélanie xD Je t’assure que je ne suis sadique qu’à mi-temps Quant à ce que j’ai fait de toi, tu me remercieras un jour, va :3

            Aha, Emmanuelle, « Quatorze minutes » n’est pas du sadique pour toi ? Tu peux s’il te plait aller le dire à tous les lecteurs qui ont voulu me faire la peau ? xD

            Bon, après, forcément, je suis pas objective. J’aime les auteurs qui me donnent envie de leur cogner la tête contre le mur et j’aime le maltraitage de personnages. Et je me soigne même pas

          • Alors tout d’abord Mélanie : c’est à elle que je dois en vouloir s’il arrive qqch à mon Kyrian ?

            Non « 14 minutes » n’est pas sadique : on sait ce qui va arriver, on est dans le cas où on espère pour rien mais c’est pas sadique… Pour que ce soit sadique il faut que j’en veuille à l’auteur et …. que je gribouille une autre fin….

  4. Je confirme, Emmanuelle, s’il arrive du mal à mes personnages, ce sera de sa faute. Mais, ne t’en fais pas, je vais davantage torturer les persos d’un défi qu’elle m’a lancée plutôt que Kiryan. Enfin… je crois…

  5. Mais bien sûr qu’il faut que le lecteur s’attache au personnage que l’on va tuer – où est l’intérêt, sinon ? Si la mort du personnage est vécue dans l’indifférence par le lecteur, c’est que l’auteur a raté son coup. Pour autant, il ne s’agit pas de trucider pour trucider, cela doit apporter un réel apport à l’histoire…
    *spoiler* Elizabeth George, une écrivaine que j’aime beaucoup, a d’ailleurs réussi un coup de maître en tuant un personnage secondaire : jusqu’au bout du roman, on se dit « nooon, ce n’est pas possible, elle va sortir du coma, son mari ne peut pas la débrancher » eh bien… si. J’en ai pleuré, mais pleuré, j’ai maudit l’auteure tout en l’applaudissant : elle a fait un choix crucial qui a très bien fonctionné. *fin du spoiler*
    Je fais partie des auteurs sadiques, mais je m’adoucis avec l’expérience : moins de morts jonchent mes récits, certains de mes personnages, auxquels j’avais réservé un sort funeste, sont toujours en vie…

  6. C’est bien de s’exprimer comme tu le fais…
    Mais quand je lis la fin de ta lettre « les auteurs si vous lisez ma modeste lettre ouverte, n’oubliez pas une chose : on dit qu’il y a de moins en moins de lecteurs alors épargnez-les, quand on vous répète qu’on adore un personnage ne le tuez pas, quand vous savez qu’on espère un happy end offrez-nous la !! Et surtout si vous souhaitez continuer à me traumatiser, martyriser, tuer à petit feu, prenez des actions chez Kleenex et autres mouchoirs vous ferez fortune à défaut d’avoir encore des lecteurs ! « ,
    tu veux rire!
    Je me rappelle de l’histoire du Chaperon rouge de mon enfance= il n’y avait pas de chasseur qui ressortait tout le monde vivant du ventre de la bête!
    Je pourrais parler de la chèvre de Mr Seguin qui, on le comprenait bien, avait été dévorée par le loup!

    Il faut rester proche de la vraie vie, et accepter qu’un personnage qui nous plait disparaisse. Je crois même qu’on aimera d’autant plus le roman.

Laisser un commentaire